Archives de Tag: nhl

Jean Béliveau (Gros Bill) (1931-2014)

Jean Beliveau

Hier le 2 décembre 2014, un peu avant minuit, est décédé l’un des joueurs le plus marquant du Canadien de Montréal, Monsieur Jean Béliveau, à l’âge vénérable de 83 ans.  Il était plus grand que nature.  Dépassant le cadre du hockey et même du sport en général.  Il incarnait le mot « respect ».

Je pourrais parler de ses statistiques flamboyantes, de ses 10 conquêtes de la coupe Stanley, ajouté aux 7 autres fois en temps qu’administrateur ce fait de lui la personne qui à son nom le plus de fois inscrit sur cette coupe, membre du Temple de la Renommé du hockey, joueur de haute qualité jusqu’à sa retraite du hockey, numéro retiré (#4) par l’équipe du Canadien, etc…. Malgré tout les éloges qui sont disponibles pour parlez de la grandeur de ce joueur, aucune n’est asser forte pour exprimer la grandeur du personnage qu’il était et ce qu’il représentait pour le peuple.

J’ai jamais rencontré M. Jean Béliveau en personne, mais à chaque fois que je le voyais à la télévision, il projetait de la classe, du respect, de la générosité et une sorte de force tranquille.

Il a été un des plus grand capitaine que le club du Canadien de Montréal à possédé.  Lorsque tu es capitaine d’une équipe qui compte une quinzaine de capitaine potentiel, ça en dit long sur le joueur.

Les fans du Canadiens perds un grand ambassadeur.  Jamais capable de dire « Non », il était de toute les célébrations, levé de fond et soirée d’organisme qui avaient demandé sa présence.  Proche du peuple, il répondait à tout ses admirateurs personnellement.  En parfait gentleman, il était toujours prêt pour une petite signature (signature bien lisible et parfaite), une photo ou une pognée de main avec ses partisants.

Dans le cas d’un décès d’un grand sportif, on l’honnore en parlant de ses statistiques.  Il est surprenant de voir comment on parle de M. Jean Béliveau dans le monde(une vingtaine de pays au dernière nouvelle).  Lui qui est un des grands parmit les grands, un joueur formidable.  Sa grandeur à dépassé l’équipe du Canadien de Montréal, le hockey ou même du sport.

Avant de conclure, Jean vous étiez, vous êtes et vous serez toujours pour nous: « Monsieur » Béliveau

De la part de tout les partisans du Canadien et du monde entier:  Merci du fond du coeur.

M. Jean Béliveau, reposez en paix….

-Pat

Jean Beliveau2

Émile « Butch » Bouchard (1919-2012)

1945

Émile Joseph Butch Bouchard (1945)

Hier le 14 avril 2012, est mort l’une des vedettes du Canadien de Montréal, Émile Joshep Bouchard, à l’âge vénérable de 92 ans.

Il a joué pendant 15 ans avec le Tricolor, dont 8 en tant que capitaine de l’équipe.  Il était un défenseur défensif.  Remportant 4 Coupes Stanley et participant à 4 Matchs des Étoiles, il fait maintenant partie des membres du Temple de la Renommée du hockey.

Considéré comme un grand (au sens figuré comme au sens propre) défenseur de son époque.  Un grand costaud qui ne commençait jamais la bagarre mais qui la terminait toujours.  Son surnom « Butch » en dit long sur sa réputation.   Respecté par ses coéquipiers et craint par ses adversaires.

Son caractère, son intelligence et sa droiture faisait de lui un homme à part.  Reconnu en 2008 par le Canadien comme étant un grand parmi les grands.  Ils ont retiré son chandail.  Plus jamais le numéro 3 sera porté par un autre joueur de cette équipe jusqu’à la fin des temps.  Selon les dires de sa famille, par ce geste du Canadien de Montréal, la vie d’Émile à été rallongée de quelques années, tellement il en était fier.

Pour terminer, une petite anecdote sur le personnage qu’était Émile Bouchard.  Il s’était présenté au camp d’entrainement du Canadien avec un équipement complet neuf acheté  avec un 35$ emprunté de son frère.  Il avait pour la première fois patiné la journée d’avant avec des patins loués.  Il était âgé de 16 ans… Le Canadien l’a gardé dans ses filiales avant de l’introduire comme agent libre pour la saison 1940-1941 avec le grand club… Faut avoir du culot!  J’aime ça.

Il arrive dans les années de misères du Canadien.  Finissant au dernier rang pendant des années, les joueurs n’ont plus de conviction.  Des discussions sérieuses pour le transfère de la franchise à Cleveland ou tout simplement la dissolution sont envisagé pendant les quelques années avant l’arrivée d’Émile.  Avec son style robuste et sa détermination, le « Butch » à redonné confiance à l’équipe.  On va lui accorder plus tard qu’il a joué un rôle important dans le fait que le club existe toujours et qu’il n’a pas été déménagé.

De la part de tout les partisans du Canadien:  Merci du fond du coeur.

M. Émile Joseph Bouchard, reposez en paix….

-Pat

Canadiens de Montréal Octobre 1942
Émile Bouchard est debout, le dernier joueur à droite.

Ménage du printemps – Byebye Pierre Gauthier!

L’équipe est éliminé des séries de fin de saisons et il a commencé son ménage du printemps.  Vers 11h45 ce matin, le Canadien de Montréal congédié le DG Pierre Gauthier.

C’était inévitable.  Après l’année désastreuse et les décisions questionables utilisées pour résoudre les problèmes.  C’était la chose logique à faire.

Pour ma part, mon coeur de partisan est en fête!  J’ai jamais aimé la façon dont M. Gauthier « administrait ».  Il était un peu trop « contrôlant » pour ne pas dire « étouffant ». Une attitude que je déteste.  En voulant tout contrôlé, j’ai toujours l’impression qu’on me cache quelques choses et que je suis trop stupide pour comprendre…..

Je ne vais revenir sur tout les points négatifs.  Je vais plutôt relever quelques  points positifs qui devraient être conservé et poursuivi.

Le repêchage.  Pour moi, l’équipe semble avoir pris beaucoup de bonnes décisions.  Juste regarder le nombre de joueurs qui sont dans la ligue qui proviennent des Canadiens et on comprend.  A mon avis, les joueurs qui jouent sur d’autres cieux ont pour la plupart reçu une mauvaise « formation ».

Ce qui m’apporte à parler de la formation.  Après avoir fait des changements sur les entraineurs à Hamilton (équipe école des Canadiens) il y a quelques années, une nette amélioration sur la qualité et la préparation des recrus qui arrive chez le Canadien.  Même si quelques entraineurs se sont succédé à Hamilton , la différence est flagrante.  Les jeunes ont beaucoup de potentiel.

En terminant, un petit mot de sympathie pour l’actuel entraineur Randy Cunneyworth.  Il n’aura pas eu une véritable chance pour montrer son savoir faire aux Canadien et aux autres équipes.  Vous vous souvenez que je disais que M.Gauthier était très contrôlant, et bien il imposait des décisions sur la façon de « coacher » l’équipe.  Une seul bonne nouvelle pour lui, il a 5 matchs pour montrer ce qui est capable de faire.  Bonne chance Randy!  J’aimerais qu’il reste comme entraineur adjoint l’année prochaine.

Michael Cammalleri est échangé aux Flames de Calgary

Pendant la partie du Canadien de Montréal contre les Bruins à Boston, le Canadien à échangé Michael Cammalleri aux Flames de Calgary.  Le Canadien cède en plus les droits sur le gardien Karri Ramo et un 5e choix en 2012 contre Rene Bourque, Patrick Holland et un 2e choix en 2013.

Rene Bourque: Compteur de 20 à 30 buts, gros joueur mais qui manque de coeur.  Mais s’il me fait vivre de belle émotion comme Kovalev me faisait vivre… Je vais l’accepter avec plaisir.  Termine une suspension de 4 matchs et sera disponible pour le match de dimanche.

Patrick Holland: Joue dans les mineurs, bon prospect semble-t-il.

Karri Ramo: Il joue présentement dans la KHL, pourrait venir jouer dans la LNH si on lui donne la chance de devenir gardien No 1…. Ce que le Canadien avait peur de faire pour pas nuire à leur protéger Carrie Price.  Domage, il est pas mauvais ce Ramo.

Et enfin,

Michael Cammalleri: Marqueur de 20 à 30 buts avec un petit gabarit (trop nombreux à Montréal).  En ce moment, il était dans une période de léthargie.  Comme la plupart des grands marqueurs, un côté égoïste.  Mais il est dans la catégorie « joueur de série ».  Un joueur important lorsque l’équipe tombe en série éliminatoire.  Est-ce que le Canadien va avoir besoin de ce genre de joueur cette année? Peut-être pas…..

En conclusion, un autre joueur prolifique est venu se faire étouffer par le Canadien de Montréal et son style ennuyant… heu je veux dire défensif… 🙂

Bonne chance Michael!

-Patrice

Transaction Spacek contre Kaberle

Le Canadiens de Montréal a procèdé à un échange asser inatendu aujourd’hui le 9 décembre 2011.  Jaroslav Spacek passe au Hurricanes de la Caroline en échange de ….Tomas Kaberle ….?   Ok pas sûre de celle-là, mais je suis prêt à lui donner une chance.  Domage pour Spacek, je trouvais qu’il allait bien cette année… Bon OK, Jacques Martin le fesait jouer ENFIN sur le bon côté!! Mais bon, c’est une autre histoire.  Voici pour vous, comment c’est déroulé les conversations pour aboutir à cette échange.  Bonne lecture et surtout bonne rigolade.

 

Le Canadien… L’équipe à battre!!

J’ai l’impression que depuis quelques années, l’équipe qui bat les Canadiens en série éliminatoire, devient l’équipe finaliste pour la coupe Stanley.  Est-ce que le Canadiens est l’équipe à battre pour devenir le champion de l’est? Ou c’est juste que la Canadien est pas chanceux?  Pensez-y!

 

L’aubaine des gros contrats

Lorsqu’on parle de gros contrats, chez le Canadiens de Montréal, on pense tout de suite à Scott Gomez.  Avec environs 8 millions sur la masse salariale de l’équipe et pour encore 3 ans.  Difficile de l’oublier.  Beaucoup de personnes (journalistes inclus) sont convaincus que le Canadien ne sera jamais capable de conclure une échange impliquant ce joueur.

Bon, je ne vais pas m’acharner sur Scott Gomez qui a sûrement en ce moment la pire saison de sa carrière.  Mais plutôt parler de la fin de ce type de contrat au sens large.

Pour plusieurs, le seul moyen de ce départir de ce genre de contrat est d’accepter dans l’échange, d’un ou plusieurs contrats d’un montant équivalent  sur la masse salariale.  C’est une affirmation véridique dans l’optique que l’échange ce fait entre 2 équipes qui se retrouve dans le haut de l’échelle de la masse salariale.

Mais imaginez une équipe que le propriétaire donne l’ordre de réduire les coûts d’opérations.  Le dirigent doit se soumettre au règlement de la convention collective et de respecter le total minimal salariale.  C’est à ce moment qu’un gros contrat en fin de terme devient intéressant.  Comme la majorité (pour ne pas dire la totalité) des gros contrats se termine par une diminution du salaire réel tout en gardant son gros impacte sur la masse salariale de l’équipe.

Tout en coûtant moins d’argent réel, ce contrat aidera l’organisation à atteindre le minimum demandé par la ligue.