Galleon – Brise de la Guerre en Mer p.37

Mer droit devant!

J’ai avancé pour ce jeu du côté matériel. Comme j’ai déterminé quelle serait la grandeur pour le plateau (voir Galleon p.35), j’ai pu découper le vinyle transparent de la même grandeur.

Cliquez sur les photos pour les voir en plus gros.

Je suis content de voir que l’effet « mer » est rehaussé avec le vinyle.

En voyant le résultat, je suis triste de devoir dire au revoir à mes flèches de direction… On doit faire des choix, parfois déchirant et triste. C’est comme une mini-peine d’amour. On doit tourner la page sur quelque chose qui nous a transportés et fait avancer. Nos chemins doivent se séparer. Certains pourraient faire l’erreur de dire adieu à une idée. Croire que c’est la fin de cette idée est oublié que nous allons avoir d’autres projets, et que là, elle pourrait être la solution.

Il ne faut jamais oublier une idée… Jamais!

Halloween 2021

Après 2 ans, voici où je suis rendu.

Cliquez sur les photos pour les voir en plus gros.

Pour aviser que nous donnons des bonbons, nous mettons des lumières sur notre boite postale.

Voici 2 nouveaux décors. Ils sont fait à partir de boite « Tide Pod » (pour pas le nommé).

J’ai voulu recréer un atmosphère comme dans les films. Le moment où le personnage doit traverser un couloir et que les rideaux bougent avec le vent.

Ceux de l’intérieur.

Royaume Reinhardt – p.06 – Chronique du Passé

Sous la forme de chronique, je vous présente quelques aventures vécues par les joueurs au cours des années. Il est malheureux que (trop) souvent, je n’ai pas pris de clicher des aventures jouées.

Dossier Mission 02: Voleurs cruels

Les membres de l’élite royale sont souvent appelés à participer à de grandes missions qui viennent interférer dans le futur du royaume.

Mais soyons réaliste, la plupart du temps, c’est des missions de plus petite envergure. L’élite royale aide souvent l’armée qui est utilisée en temps de paix comme la police du royaume. Tenir l’ordre n’est pas de tout repos et de l’aide extérieure n’est pas de refus.

L’utilisation de l’élite royale reste un acte isolé et est dirigée vers des actions bien spécifiques. Comme par exemple, cette fois où ils ont dû procéder à la fin des agissements d’un groupe organisé de voleurs cruels. Leur Modus Operandiétait de lâcher leur meute de chien-loup sur les villageois. Semant sur leur chemin terreur, violence et mort. Une fois les bâtiments abandonnés par les gens apeurés, le chef et ses comparses venaient prendre leur butin.

Ce groupe a sévi pendant quelques mois. Faisant des attaques à toutes les 2 semaines environ dans des lieux différents à chaque fois. Ils ont été repérés dans un petit bois, entrain de visiblement préparer leur prochaine attaque.

La consigne de la mission était claire. Aucun prisonnier…

Caractéristiques de la mission

Dans cette aventure, la difficulté était le déplacement rapide des chiens-loups combiné avec l’impossibilité d’utiliser les armes à longue portée.

Top Race – Analyse et Opinion

Nb de Joueur : 2 à 6 joueurs

Temps : 45 min

Age : 8 ans et +

Catégorie de Jeu : Course, Déplacement sur une grille, Enchère, Hand Management et Take That

Site BGG du jeu: Top Race

Top Race (version 2008)

L’histoire derrière le jeu:

3 courses… Seules 3 courses de voitures monoplaces pour nous départager. Qui sortira le plus riche à la suite de ces courses endiablées!

La prémisse n’est pas des plus étoffés, mais parfois la simplicité, c’est la bonne formule. Une histoire simple pour un jeu simple.

Matériel

Le matériel est simple. Correct dans son ensemble mais rien qui sort du lot.

– Le plateau est un peu mince et peut avoir tendance à courber s’il est mal rangé.

– Les cartes sont moyennes et nécessitent des « sleeves » pour les protéger. Les desseins sont très bien. On doit faire attention par contre, si l’éclairage n’est pas parfait, il y a certaines couleurs de voiture qui peuvent se ressembler.

– Les pions en forme de voiture sont jolis et simples. Les voitures auraient pu avoir plus de détails.

– J’aime bien les billets de monnaies qui font penser à une monnaie Européenne.

Le prix de détail n’était pas élevé et ça se ressent dans le matériel. Mais je le répète, c’est correct.

Le jeu

Le jeu se fait en trois manches. Dans chacune de ces manches, il y aura une enchère et suivie d’une course. Le déplacement des voitures est régi par des cartes. Sur chaque carte, nous y retrouvons de 1 à 6 voitures de couleurs différentes. Une fois jouée, chaque voiture figurant sur la carte doit être déplacée du nombre de case indiqué et dans l’ordre affiché.

Première étape :  On brasse les cartes déplacement et on les distribue une à la fois à chaque joueur. On remet toutes les cartes. Selon le nombre joueur, certains joueurs vont se retrouver avec 1 carte en plus.

Deuxième étape : L’enchère ouverte. Il y a 6 voitures représentées par les couleurs : Rouge, Blanc, Noir, Vert, Bleu ou Jaune. Chaque joueur doit évaluer quel pilote pourra être le premier avec l’aide des cartes de sa main. Une voiture à la fois, les joueurs misent à chacun son tour. Chaque joueur va être lié au minimum avec 1 voiture. Dans des parties avec moins de 6 joueurs, certains vont se retrouver avec 2 voitures. Ce qui n’est pas toujours une bonne chose… Et parfois très payant !!

Troisième étape : La course !! En commençant par celui qui a gagné le dernier pilote disponible dans l’enchère, la course débute. En jouant 1 carte par tour, les joueurs vont déplacer les voitures sur la piste de course qui est divisé en case. Par le fait même, le joueur peut avancer sa voiture mais aussi celle des autres. Un seul tour de la piste sera nécessaire. La course prend fin lorsque toutes les voitures passent la ligne d’arrivée ou que toutes les cartes déplacements ont été joué. La manche prend fin.

Selon l’ordre d’arrivée de sa voiture, le joueur va recevoir un montant d’argent. Si le joueur possède 2 voitures, il reçoit 2 montants d’argent. Le lien avec les voitures se termine à ce moment.

Pour chacune des 3 manches, on répète ces étapes. Les joueurs reçoivent de nouvelles cartes et se lient à de nouvelles voitures selon les cartes déplacement reçu.

Mon Opinion

C’est un très bon jeu d’introduction pour des nouveaux joueurs. Il est très intuitif et très fluide.

Le jeu demande une certaine prise de risque quand vient le temps de l’enchère. Il est bon parfois de surenchérir sur un pilote qui semble être désiré par d’autres joueurs. Faire perdre de l’argent aux autres n’est pas contre les règlements… Oui, parfois on se fait prendre à son propre jeu. Le risque fait partie du jeu

Il y a aussi les cartes de pouvoir. Je ne vous ai pas parlé des cartes de pouvoir? Et ben, ces cartes au nombre de 3 qui consiste à donner des coups de jambette aux autres joueurs. Sur chacune des cartes, il y a 2 voitures de couleurs différentes. Elles sont brassées avec les cartes de déplacement. Une fois jouer, le joueur décide de l’action exécutée parmi les 2 actions possibles.  

La première fait en sorte que la voiture qui est en avance (parmi les 2 voitures représentées sur la carte) tombe en penne sur l’accotement de la piste jusqu’au moment où l’autre voiture représentée sur la même carte la rejoigne où la dépasse. La deuxième est que la voiture qui se retrouve en arrière avance jusqu’à rejoindre l’autre voiture.

Le gros de la stratégie se joue au moment où les voitures entrent dans les entonnoirs sur la piste. Les entonnoirs sont les endroits où la largeur de la piste se réduit et produit un goulot d’étranglement. Les voitures qui sont dans l’impossibilité de se déplacer vers l’avant restent sur place. Donc c’est le moment de jouer les cartes qui avantageraient normalement les voitures adverses mais qui sont bloquées présentement.

Top Race procure un bon niveau de plaisir par son jeu facile d’approche. Son défaut se retrouve dans le fait que d’une course à l’autre, le gros de la stratégie se retrouve toujours dans les entonnoirs de la piste de course. Un 2e tableau de piste avec un parcours différent aurait été une bonne idée. Si on résiste au désir de jouer plusieurs parties de suite, il y a assez de diversification dans le jeu pour être dans une rotation de jeu. La diversification se fait sentir par le hasard des cartes reçu qui ont un impact sur le déroulement de l’enchère et sur notre capacité de déplacer les voitures.

En conclusion, petit jeu très sympathique qui est aimé par presque tout le monde, même ceux qui n’ont pas d’intérêt dans les courses automobiles. Son défaut est sa qualité, sa profondeur. Il va être parmi mes jeux que je sors en rotation. Ainsi, il va garder son attrait sans s’essouffler.

Ma note personnelle : 7.5/10

Cargo SpaceLine p.06

Réception du matériel

Des petits cubes

J’ai choisi quels seront les matériaux représentés. La plupart représentent uniquement du matériel transporté d’une colonie à l’autre. Et d’autres qui seront utilisés à la fois de matériel transporté et de ressource pour le bon fonctionnement de la fusée.

J’avais planifié d’utiliser des cubes dans des jeux que j’ai. Après réflexion, ça ne sera pas pratique et « bonjour » les problèmes. Où sont les cubes? Oh shit! Ils sont à la maison dans l’un de mes protos …. Non, merci! Donc je vais devoir passer une autre commande …

J’ai opté pour 2 grandes catégories. Je vais représenter par les cubes de bois, les ressources solides. Que ce soit par exemple du métal, du bois ou des végétaux. Les cubes transparents pour les ressources liquides ou gazeuses. On peut imaginer des produits chimiques toxiques, de l’oxygène ou simplement de l’eau.

La couleur va indiquer le type de produits dans la catégorie. Les joueurs vont devoir gérer la disponibilité des ressources pour pouvoir honorer les contrats ou faire fonctionner leur fusée. Je ne crois pas que ce sera une gestion très serrée à ce niveau, mais les joueurs vont devoir faire quelques vérifications pour ne pas se retrouver face à un contre-temps qui serait coûteux.

Des dés

Je vais utiliser des d4, d6 et d8 dans ce jeu. Les dés seront utilisés pour représenter les capacités de l’employer à résoudre des problèmes.

La couleur est pour le moment, essentiellement pour correspondre à un emplacement dans le cockpit de la fusée.

En nombre très limité, les employés et les cockpits sélectionnés devront être choisis selon les disponibilités de la couleur et du type des dés nécessaires.

En conclusion

Comme vous le constatez, le jeu sera axé sur la gestion. La gestion des ressources, des dés, des modules, de la main et des problèmes encourus.

Pour visualiser mes autres articles sur ce sujet

Cliquez ici

Sinon vous pouvez y accéder en utilisant le lien « Cargo SpaceLine » dans le menu de gauche

Bonne lecture!

Galleon – Brise de la Guerre en Mer p.36

J’ai presque pris une décision.

Vous vous souvenez de mes flèches de direction que je me suis fabriqué?

Je ne sais pas si c’est mon plastique liquide qui serait devenu trop vieux? Mais il s’est mis à courber!

Je n’ai pas l’argent et ni le temps pour investir dans la recherche de nouveau produit. Surtout que je n’ai pas d’autre projet qui nécessite ce produit.

Disons que l’option du quadrillage vient de prendre les devants.

À suivre….

Top 10 (presque) – Monolithe de Pierre

 Aujourd’hui, j’ai envie de vous jaser d’ensemble de pièces que j’ai reproduit au courant des années sous différents aspects mais toujours dans le même style.

Les Monolithes de Pierre, les mal-aimés.

Cliquez sur les photos pour les voir en plus grandes.

Dès mes premiers décors pour les jeux de miniature, j’ai réalisé quelques ensembles de Monolithe en pierre. Parce qu’ils ne demandaient pas un haut niveau de dextérité, un peu de talent et ça suffit. Mais aussi, parce qu’à chaque fois que j’en réalisais 1, je le vendais rapidement.

Pour être franc, c’était loin d’être mes favoris. Je les boudais même.

Donc, j’ai passé quelques années, pendant la période que j’en faisais mon métier, à « oublier » d’en faire. Quand j’en faisais 1, je le vendais. Je n’ai jamais compris le pourquoi j’en vendais… Ça m’échappe. Ce n’est pas que c’est laid, mais rien d’extraordinaire non plus. Si j’ai rendu des gens heureux avec ce type de décor, je ne peux qu’être heureux moi aussi.

Comme l’expression le dit : Tu ne vends pas ce que tu aimes, tu vends ce qui se vend! Je n’ai pas toujours écouté cette maxime.

Si ça peut vous donner des idées… Faites-vous plaisir!

Ah Non… Des Zombies! (p.12)

 

Voici les cubes qui vont me servir sur la nouvelle piste de points que je vous ai présentée dans le dernier blog sur ce jeu. Voici le lien : https://penthragore.wordpress.com/2020/11/16/ah-non-des-zombies-p-11/

Vous pouvez remarquer que j’ai aussi remplacé les figurines des personnages du jeu Zombies!!!, par des pions « standard ». J’ai vendu le jeu pour faire de la place pour d’autres jeux. Snif Snif! … Je l’aimais bien quand même. C’est ma cousine qui l’a acheté, j’ai des chances d’avoir d’autre occasion pour y jouer. 

J’ai fait une partie solo pour tester le tout.

Résultat?

Il est clair que vais devoir passer du temps pour calibrer le tout. D’après ce que j’ai constaté, j’ai été trop « optimiste » dans la graduation de la piste. J’ai l’impression que j’ai fait la piste trop longue. D’un autre côté, j’aime mieux ça que trop court…

Du côté sensation, j’ai aimé de voir ma progression au cours de la partie. Je me suis senti plus « impliqué » et « conscient » des choix stratégiques que j’utilisais.  Vraiment une belle amélioration!

Voici d’autre photos de ma partie solo… que j’ai perdue en passant…

 

RoboRally – Analyse et Opinion

Nb de Joueur : 2 à 8 joueurs

Temps : 45 à 120 min

Age : 12 ans et +

Catégorie de Jeu : Déplacement sur une grille, Plateau modulable, Programmation et Course

Site BGG du jeu: RoboRally

RoboRally (version 1994)

L’histoire derrière le jeu:

Le jeu tourne autour d’une course dans un milieu industriel. Je devrais dire, un rally et non une course. Le but est d’être le premier à parcourir la route qui est déterminée par des drapeaux numérotés. À ce niveau, rien qui sort de l’ordinaire. Tout ce passe dans la mécanique qui est bien imbriquée dans le thème. Je vais y revenir.

Matériel

Parlons du matériel physique. Il y a plusieurs plateaux recto verso et chacun peuvent être placés l’un à côté de l’autre pour créer des zones encore plus grandes et variées. En plus, tu peux placer les drapeaux du parcours n’importe où. C’est des variations à l’infini!

Chaque joueur choisit un robot parmi les 8 disponibles.  Chacun munit d’un laser frontal mais sinon, aucun autre pouvoir spécial n’est attribué aux robots.

Plusieurs petits jetons sont inclus pour agrémenter le déroulement du jeu.

Le seul point négatif, les cartes. La qualité n’y est pas… La protection des cartes devient une nécessité.

Le jeu

RoboRally, un jeu où le thème colle parfaitement à la mécanique. On doit « programmer » notre robot  pour réussir le parcours dans un décor d’usine. Il y a des tapis roulants, des trous, des murs, des lasers, des lieux de réparations …  Bref, le parcours ne sera pas de tout repos.

Ton robot débute avec un certain nombre de points de vie et 3 « réanimations ». Donc, tu as 3 vies. Au début de chaque tour, tous les joueurs programment leur robot pour 5 manœuvres avec l’aide de carte. Avance, avance double, tourne à droite, tourne à gauche, virage en U ou recule. L’ordre de jeu est déterminé par une valeur inscrite sur les cartes de programmation.

Lorsque ton robot, se fait suffisamment toucher, les dommages se font sentir au niveau de la programmation. Le robot subit un « bug » informatique et ta 5e carte de programmation fige dans la mémoire. C’est maintenant impossible de changer cette commande tant que tu n’as pas été te faire réparer. Si les dommages continus, à chaque fois, tu perds un autre bloc mémoire et ça, jusqu’à tant que tu n’es plus de mémoire programmable. C’est alors la fin et le robot doit être réanimé. La fin peut arriver aussi si ton robot tombe dans un trou.

Imaginez le portrait. Vous avez un bloc mémoire de bloqué sur une carte « tourne à gauche » et un autre robot vous pousse sur le tapis roulant et vous tire avec son laser. Mais les problèmes ne s’arrêtent pas là. Le tapis roulant vous amène sur un parcours qui vous fait croiser un laser mural de sécurité. Vous avez un robot qui a 3 blocs mémoires de bloquées. Vous vous retrouvez, par exemple, avec comme 3 dernières cartes :  tourne à droite, recule d’une case et tourne à gauche pour les prochains tours.

Et ça, c’est quand tu n’es pas ton propre ennemi en fessant des erreurs en programmant ta séquence. Une carte… Une seule mauvaise carte peut te faire perdre plusieurs tours si ce n’est pas la vie de ton robot. Une carte tourne à gauche au lieu d’une tourne à droite… Je vous attends rire. Vous vous dites, comment peux-tu te tromper de la sorte. Dans le feu de l’action, on doit s’imaginer notre robot faire le déplacement. S’imaginer dans quelle position sera notre robot, mais on ne doit pas oublier de calculer les effets du terrain sur notre robot. Pas si simple, croyez-moi…

Vous avez encore une solution pour vous en sortir: le « Power Down » qui vous fait revenir à 100% mais avec le coût de perdre un tour. Vous croyez que vous vous en être sorti?! Peut-êtes pas… Pendant ce tour perdu, votre robot reste toujours une cible inerte (pour ne pas dire facile) pour vos ennemis.

Il est possible sur certain terrain d’obtenir des équipements optionnels pour votre robot. Une mémoire d’extra, un jet propulsant aimanté, un double processeur ou un gyroscope stabilisateur ne sont que quelques exemples.

Mon Opinion

Pour commencer, RoboRally est mon tout premier jeu dit « moderne » qui est entrée dans ma ludothèque. Et je vous le dis, je ne regrette aucunement mon achat. J’ai de très beau souvenir et de nombreux fous rires relier à ce jeu.  Un des souvenirs qui me concerne, est devenu une anecdote classique. Durant la même partie, je suis mort à 3 reprises. 3 morts identiques… Vous connaissez le moonwalk de Michael Jackson?

Eh oui, 3 fois mourir en reculant dans un trou…  À ma défense, c’était sur le tableau le plus difficile, celui avec les tapis roulants en spirale… Ceux qui ont déjà joué sur ce tableau vont me comprendre. Je ne sais pas comment j’ai fait mon compte pour arriver 3 fois au même résultat. En tout cas… J’essaie d’oublier mais mes « amis (es) » font tout pour me le remémorer. Hahaha

Celui qui a créé ce plateau devrait brûler en enfer pour l’éternité !!

C’est un jeu qui est très bien à 3 ou 4 joueurs mais qui devient fou avec un 5 à 8 joueurs. Pour ceux qui ont horreur des jeux avec de l’interaction entre les joueurs doivent se tenir loin de ce jeu. Avec un grand nombre de joueurs, les coups peuvent fuser de toute part. Vous vous souvenez de l’image frontale de la boîte?

Comme l’ordre de jeu est déterminé par la valeur inscrite sur les cartes jouées, on a l’impression de jouer tout le temps et l’action est rapide. Le temps mort est minime même si on peut se retrouver avec un grand nombre de joueurs.

En conclusion, ce jeu ne sortira pas de ma ludothèque. Point à la ligne!

Ma note personnelle : 9/10

Cargo SpaceLine p.05

Cartes pour les contrats

Je me suis amusé à créer ce que pourrait avoir l’aire les cartes pour les contrats. Je suis conscient qu’elles auront beaucoup de changements au moment de faire des tests. Mais, malgré tout, j’aime les idées que j’ai eues pour représenter, par exemple, le point de départ et le point d’arrivée du voyage ou les données informatiques de la teneur du contrat.

Certains diront que c’est une perte de temps vis-à-vis le niveau du développement du jeu. Pas faux… En tout cas, surement pour eux! En ce qui me concerne, j’ai besoin de voir les choses se matérialiser. Les idées prennent forme, prennent vie!

En concevant la carte, j’ai eu beaucoup de questionnement. Et c’est là que la magie s’opère dans mon cas. En fabriquant ta pièce, ta carte, ton plateau ou autre support nécessaire, tu prends des décisions. Fini de jongler entre deux idées, tu fais un choix et t’avance. Est-ce que ce choix est le meilleur? Peut-être pas, mais il n’y a qu’une façon de le savoir. Le mettre à l’essai!

Par exemple, je jonglais avec l’idée d’avoir que des contrats à double sens. C’est-à-dire que le contrat est valide pour un déplacement entre 2 planètes. Le sens du voyage n’aurait pas d’importance pour la réalisation du contrat. NON! Je vais avoir un point de départ et une d’arrivée. Le joueur va devoir gérer ses contrats et choisir quel garder et quel autre laisser passer. J’aime cette idée!

Une autre prise de conscience, je vais devoir trouver un système d’icône pour les informations qui doivent être transmissent par le biais de la carte. Plus pratique.

Le format de carte est plus petit que ceux que j’utilise à l’habitude. Je ne suis pas fan des petites cartes. Est-ce que je vais réussir à me convaincre? À suivre….